Qui suis-je ?

 

 

 

Qui je suis importe peu, ou bien importe pour mes proches, ce site était très personnel, mais aujourd’hui certain(e)s se demande pourquoi ce site ? N’est-ce pas Anne ?

Au début, ma fille entama des études d’histoire à la Faculté ; Papa, peux-tu me chercher telle ou telle information , je me suis pris au jeu. J’ai commencé à coopérer au site de Philippe Remacle  sur des textes anciens ; puis au fil de mes recherches sur Internet, j’en suis venu à produire mon propre site qui vous propose des textes d’historiens et savants du XIXe siècle et début du XXe. Ces textes sont aujourd’hui malheureusement, pour leur grande partie, non réédités.

Ma source essentielle est la BNF, mais quelques collaborateurs viennent m’aider : leur nom est produit sur ce site, merci Marc et ceux qui viendront se joindre à nous.

Essentiellement ce site s’adresse à des  étudiants en histoire qui ne peuvent pas trouver dans les bibliothèques certains ouvrages bien indispensables, notamment dans quelques pays étrangers parlant le français, tel Tiberiu Novac en Roumanie.

A mes lecteurs et amis de tous horizons, merci. Et je m’efforcerai de ne pas produire, dans la mesure du possible, de faute d’orthographe (un petit reproche fait) ; si vous les trouvez, veuillez bien m’en informer.

François-Dominique.

 

Un petit mot d'encouragement...


C’est avec une réelle joie que j’ai découvert votre charmant site. Son caractère personnel et le ton simple que vous adoptez m’ont réellement ému. Vos efforts à rendre disponible au tout venant les vieux textes de l’érudition de jadis méritent tous les éloges. Soyez donc remercié, au nom de l’humanisme et de la culture universelle, pour toutes ces heures passées devant votre ordinateur.

Je vous écris des bords de la Méditerranée, de Beyrouth au Liban, sans doute entre deux attentats à la bombe et en plein milieu de l’angoisse qui nous étreint face aux périls de guerre qui déferlent sur ce Proche Orient qui demeure le foyer originel de toute la civilisation, des principales religions et de la culture méditerranéenne qui nous a façonnés. Je vous écris de cette cité de Beryte que Nonnos de Pannopolis aimait tant. Me promener sur Internet, sur les sites de l’antiquité, me permet d’oublier le quotidien.

Je vous dis merci de tout cœur. Votre travail est d’autant plus estimable et digne de respect qu’il est gratuit. Rien ne vous oblige à colliger toutes ces informations et ces textes, sauf l’amour du savoir et de la culture. Puissiez vous faire des exemples en ce monde qui régresse vers un état de barbarie archaïque, maquillée par une sophistication technique peu commune. Nous sommes en train de faire une croix sur 25 siècles de « Logos » que nous devons aux Grecs de l’Antiquité. En toute considération.


Antoine COURBAN

Professeur à l’Université, Beyrouth, LIBAN