HISTOIRE DES CHEVALIERS ROMAINS

 

TOME I

LIVRE II. — HISTOIRE DES CHEVALIERS ROMAINS DE 400 À 133 AVANT JÉSUS-CHRIST.

CHAPITRE II. — HISTOIRE MILITAIRE DES DIX-HUIT CENTURIES ÉQUESTRES EQUO PUBLICO, DE L'AN 400 À L'AN 123 AVANT JÉSUS-CHRIST.

 

 

§ I. — RESSEMBLANCES DES DOUZE CENTURIES ÉQUESTRES ET DES SIX CENTURIES SÉNATORIALES. LEUR RAPPROCHEMENT DANS LA FÊTE ANNUELLE DU 15 JUILLET ET DANS LA REVUE QUINQUENNALE. LES ÆRARII.

N° 1.

Cicéron considère les douze centuries equo publico et les six centuries sénatoriales de chevaliers comme deux moitiés d'un même corps constitué sous Tarquin[1]. Denys groupe toujours ensemble les dix-huit centuries sans indiquer entre elles aucune distinction[2] Les ressemblances entre les douze centuries militaires et les six centuries consacrées étaient donc plus sensibles au siècle de Cicéron et de Denys que les différences qui les séparaient. Depuis l'an 400 av. J.-C., les centuries equo publico, n'étant plus attachées à des corps utilitaires distincts, chacun de leurs membres faisait dans le cortège des chefs de guerre le même service. Enfin, les six et les douze centuries figuraient dans la procession du 15 juillet et, dans la revue quinquennale comme deux parties d'un même tout, organisées d'après les mêmes principes et soumises aux mêmes lois.

Au temps de la République, le défilé des chevaliers, la fête du 15 juillet (transvectio equitum), et la revue que les censeurs leur faisaient passer tous les cinq ans étaient deux cérémonies entièrement distinctes. Auguste les réunit en une seule[3] en exerçant souvent les fonctions de censeur pendant le défilé du 15 juillet[4]. Aussi les trouvons-nous confondues dans les auteurs qui ont efrit après le règne d'Auguste, dans Suétone et dans Valère Maxime[5]. Mais nous distinguerons pour l'époque qui s'est écoulée entre le siège de Véies et le tribunat du second des Gracques (400-123) deux cérémonies bien différentes : le défilé des ides de juillet (transvectio equitum), fête militaire et religieuse en l'honneur de la chevalerie ; et la revue quinquennale (census, probatio, recognitio equitum), sorte d'inspection qui tournait souvent à la confusion de quelques-uns des chevaliers.

N° 2. — FÊTE DES IDES DE JUILLET.

Le dictateur Postumius, avant la bataille du lac Régille (15 juillet 496 av. J.-C.), fit vœu, s'il était vainqueur, d'instituer des sacrifices et des jeux magnifiques qui seraient célébrés tous les ans[6]. La victoire des Romains fut décidée par le courage de la chevalerie[7], et plus tard on raconta que deux cavaliers, d'une taille plus qu'humaine, avaient paru à la tête des escadrons romains et mis les Latins en déroute. Le soir même, les deux jeunes guerriers se montrèrent sur le Forum, le visage encore tout animé du feu du combat, et ils lavèrent dans l'eau de la fontaine de Juturne, près du temple de Vesta, leurs chevaux blancs trempés de sueur. Ils annoncèrent le gain d'une grande bataille. Mais quand le préfet de la ville voulut les voir et les questionner, ils avaient disparu. Les Romains reconnurent Castor et Pollux, et bâtirent, à l'endroit où ils s'étaient montrés, le temple des Dioscures. Aussi tous les ans, aux ides de juillet, jour anniversaire de leur victoire, les chefs de la chevalerie venaient offrir au nom du peuple romain de magnifiques sacrifices. Le Sénat avait acquitté le vœu de Postumius : le temple des cieux héros, devenus les patrons célestes des chevaliers romains, avait été dédié par le fils même de ce dictateur, le 15 juillet 484[8]. Tous les ans, à pareil jour, jusqu'au temps de la guerre punique, le trésor dépensa cinq cents mines[9] pour les frais des jeux et des cérémonies religieuses. La partie la plus ancienne et la plus intéressante de cette fête était la procession militaire des jeunes Romains qui, rangés les uns par tribus et par curies[10], les autres par classes et par centuries, se rendaient du Capitole, à travers le Forum, jusqu'an grand Cirque où allaient commencer les jeux. C'est seulement en 302 av. J.-C. que le censeur Q. Fabius Rullianus[11] ajouta à ce défilé des enfants le défilé des chevaliers equo publico, qui s'appelait transvectio equitum. Après les sacrifices et les jeux, les chevaliers revenaient du grand Cirque au Capitole par le chemin qu'avait suivi le matin la procession des jeunes gens. Ils se réunissaient sur la voie Appienne, en dehors de la porte Capène, entre les temples de Mars et de l'Honneur. Ils traversaient le grand Cirque et le Forum en passant auprès du temple des Dioscures[12]. Dans cette marche, tous ceux qui avaient reçu un cheval payé par l'État s'avançaient en ordre de bataille comme s'ils revenaient de la guerre. Ils étaient rangés par tribus et par curies.

Montés sur des chevaux blancs[13], ils étaient vêtus de ces robes de pourpre rayées de bandes rouges qu'on appelait trabées. La richesse de leur costume était rehaussée par les ornements militaires dont ils avaient été décorés pour prix de leur courage, et leur chevelure était couronnée de branches d'olivier[14]. Dans cette troupe brillante de deux mille quatre cents chevaliers equo publico, on eût difficilement distingué ceux qui étaient membres des six centuries consacrées, de ceux qui appartenaient aux douze dernières centuries enrôlées par Servius ou par Tarquin. Car tous étaient répartis dans les six turmæ qui représentaient les six demi-tribus anciennes des Rhamnes, des Tities et des Luceres.

Tous les chevaliers equo publico avaient trouvé place dans les trente curies, d'oit les chevaliers equo privato n'étaient pas exclus[15]. Chacune des six turmæ[16] equo publico, composée de quatre cents chevaliers, devait donc être subdivisée en cinq curies, dont chacune en contenait quatre-vingts ; et chaque curie comprenait deux groupes : quarante chevaliers des six anciennes centuries et quarante des douze dernières. Mais cette dualité de la curie disparut. Les différences religieuses, militaires, politiques, sociales qui avaient séparé les six centuries des douze dernières s'effacèrent au temps de César et d'Auguste. Les nombres mêmes furent changés. Au lieu des deux mille quatre cents chevaliers quo publico, dont les cadres étaient restés immobiles depuis Tarquin jusqu'à Scipion Emilien, Denys en compta près de cinq mille au temps d'Auguste[17]. Au lieu de dix-huit centuries divisées en deux groupes de douze cents hommes, on ne connut plus, au temps de l'Empire, que les six turmæ equo publico représentant les six demi-tribus de la Rome primitive, et ses trente curies ; et chaque turma était conduite par un sevir dans le défilé solennel des ides de juillet.

N° 3. — REVUE QUINQUÉNALE DE LA CHEVALERIE (CENSUS, PROBATIO OU RECOGNITIO EQUITUM).

Les censeurs faisaient passer tous[18] les cinq ans une revue aux chevaliers equo publico. Ces magistrats, dont le pouvoir durait dix-huit mois[19], terminaient l'opération du recensement général la seconde année de leur magistrature[20]. Le sacrifice expiatoire d'un porc, d'une brebis et d'un taureau célébré au Champ-de-Mars par l'un des deux censeurs[21], à l'imitation de Servius Tullius[22], annonçait que la liste des citoyens romains était close, et le lustre de cinq ans terminé (lustrum conditum). Le recensement et la revue (census, recognitio) des chevaliers equo publico[23] étaient une opération à part qui n'avait lieu qu'après le sacrifice des suovetaurilia, et après la clôture du lustre[24].

Après l'an 240 av. J.-C., chacune des trente-cinq tribus se trouva partagée en cinq classes dont la première se composait de tous ceux qui avaient le cens équestre[25]. Sur les listes des censeurs, les chevaliers equo publico devaient donc être inscrits dans chaque tribu en tête des citoyens de la première classe. Aussi les appelait-on un à un en suivant l'ordre des trente-cinq tribus[26], devant le tribunal des censeurs dressé sur le Forum. Celui que le héraut avait cité arrivait devant ces magistrats en conduisant son cheval par la bride[27]. S'il avait fini les dix ans de service exigés par la loi, le censeur le lui demandait, et le chevalier répondait en énumérant ses campagnes avec les noms des généraux sous lesquels il avait servi[28] : puis il rendait[29] au censeur le cheval appartenant à l'État, qu'un autre censeur lui avait confié. Le censeur lui décernait l'éloge ou le blâme qu'il avait mérité, et le chevalier devenait apte à briguer la première des charges politiques, la questure[30].

Si le service du chevalier n'était pas fini et qu'il n'y eut aucun reproche à lui faire, les censeurs lui ordonnaient de défiler devant eux (prœterire, traducere equum[31]). Mais il pouvait encourir leur blâme pour plusieurs raisons : s'il avait mis peu de soin à entretenir sou cheval, il était noté pour incurie (impolitiœ notatus[32]) et pouvait être privé de la subvention de l'æs hordearium[33].

Sa conduite personnelle lui attirait quelquefois des notes plus sévères. Les censeurs, pour punir une faute grave, ôtaient au chevalier le cheval donné par l'État, et l'obligeaient à le vendre pour en rembourser le prix au trésor, ce qui était à la fois une perte d'argent et un déshonneur. Ils pouvaient annuler les années de service du chevalier equo publico et les lui faire recommencer avec un cheval acheté à ses frais : enfin, ils le privaient souvent d'une partie de ses droits électoraux.

Mais quelle que fût la sévérité d'un censeur, sa note n'était le plus souvent qu'une punition toute morale. Tite-Live dit qu'au temps de la seconde guerre punique elle était déjà sans effet[34] (iners nota) ; et au temps de Cicéron, elle n'avait pas acquis plus de force[35]. Car il nous dit que le châtiment infligé par un censeur s'appelle ignominie parce que le jugement prononcé par le censeur est purement nominal, et que le condamné en est presque toujours quitte pour la honte[36]. Cette note, déjà si faible par elle-même, était souvent effacée par le collègue de celui qui l'infligeait, et elle l'était presque toujours par un de ses successeurs[37]. Aussi, pour un censeur comme Caton l'Ancien qui poursuivait d'amères invectives les chevaliers qu'il privait du cheval donné par l'État[38], combien ne s'en trouvait-il pas qui préféraient imiter l'habile modération de Scipion Émilien[39] ?

Un jour qu'étant censeur, il passait en revue les centuries de chevaliers, il vit s'avancer vers son tribunal, à l'appel du héraut, C. Licinius Sacerdos. Il déclara qu'à sa connaissance, ce chevalier avait manqué à un serment fait solennellement ; et que, si quelqu'un voulait l'accuser, il prêterait à l'accusateur l'appui de son témoignage. Personne ne s'approchant pour se charger de cette tâche, Scipion dit à Sacerdos : Fais passer ton cheval. Je te fais grâce de la note du censeur, de peur de paraître avoir cumulé contre toi les fonctions d'accusateur, de témoin et de juge.

Quand on citait un chevalier devant le tribunal du censeur, un accusateur pouvait donc se présenter et provoquer contre lui les sévérités du magistrat de même que le magistrat pouvait provoquer contre lui une accusation[40].

N° 4. — LES ÆRARIIS.

La punition la plus fréquente infligée par le censeur au chevalier qu'il effaçait de la liste des dix-huit centuries equo publico ; était de l'inscrire au nombre des ærarii :

Publius Scipion Nasica et M. Popilius faisant le recensement des chevaliers, aperçurent un cheval maigre et fatigué dont le cavalier était d'un embompoint remarquable. Comment se fait-il, dirent les censeurs au cavalier, que vous soyez mieux soigné que votre cheval ? C'est, répondit-il, que je me soigne moi-même, et que mon cheval est soigné par Stace, mon esclave. La réponse parut peu respectueuse, et le chevalier fut, selon l'usage, mis au nombre des ærarii[41].

Pour nous rendre compte de cet usage, nous devons expliquer ce que c'était que cette classe de citoyens ærarii, et cette explication ne nous entraîne pas hors de notre sujet ; car il n'est presque pas une revue de chevaliers equo publico, mentionnée par les anciens, où cette peine n'ait été appliquée par les censeurs à quelques-uns d'entre eux.

Asconius[42] nous dit que le citoyen marqué par les censeurs sur les tables des Cœrites et devenu œrarius, était par là effacé du tableau de sa centurie, et ne restait citoyen que par l'obligation de payer au trésor sa part du tribut, ut pro capite suo tributi nomine œra penderet. On a cru que l'œrarius était privé du droit de voter. Mais Tite-Live[43] nous apprend qu'un censeur ne pouvait enlever au moindre citoyen le droit de suffrage ; que l'exclure du nombre des votants des trente-cinq tribus, c'eût été lui enlever le droit de cité et la liberté même ; et qu'il fallait pour cela un ordre du peuple, c'est-à-dire une sentence d'exil. Cicéron va plus loin[44] : il déclare que le peuple lui-même ne peut ôter le droit de cité à un homme que de son consentement ; que le citoyen, pour devenir étranger à la cité, doit s'exiler lui-même, et qu'afin de ne pas rester désarmé devant ce droit de l'individu, le peuple procédait contre celui qu'il voulait exiler, non par l'abolition directe de sa qualité de citoyen ; mais par l'interdiction du toit, du feu et de l'eau qui le forçait à changer de patrie (mutare solum).

Un censeur ne pouvait donc ôter à un citoyen le droit de suffrage, que Tite-Live regarde comme inséparable du droit de cité. En le faisant œrarius, il l'effaçait seulement du tableau de sa centurie, mais il le laissait inscrit dans une des trente-cinq tribus. L'œrarius n'était plus un des citoyens des cinq classes, mais il était rangé dans une des sous-classes (infra classem[45]). Il ne votait plus dans l'assemblée centuriate ; mais il votait dans celle des trente-cinq tribus où les sous-classes étaient comprises et où les différences de fortune étaient effacées[46]. Par là s'explique le fait le plus bizarre de l'histoire romaine, la vengeance du censeur Livius qui, en l'an 204 av. J.-C., voulut punir tout le peuple romain de l'avoir nommé consul et censeur, après l'avoir condamné et de s'être montré par là, à son égard, injuste et inconséquent[47]. Il mit au nombre des ærarii le peuple romain presque tout entier, trente-quatre tribus sur trente-cinq. Si les ærarii eussent été privés du droit de voter, Livius eût détruit la constitution romaine. Mais cette boutade violente ne provoqua aucune réclamation. Livius avait fait un usage peu sensé, mais légal, de son pouvoir[48]. Il n'avait privé complètement personne du droit de voter. L'assemblée des tribus, où il n'y avait pas de distinction de classes, ne recevait aucune atteinte d'une mesure qui déclassait presque tous les citoyens. Quant à l'assemblée centuriate, Livius, en la réduisant beaucoup, la laissait aussi subsister, du moins en principe. Il avait épargné une seule tribu, la Mœcia. Or, depuis l'an 240 av. J.-C., chaque tribu contenait cinq classes, dont chacune était divisée en deux centuries, une de seniores, une de juniores. Au gré de Livius, et si son collègue Claudius, qui était son ennemi, ne s'y fût opposé, l'assemblée centuriate de l'art 203 n'eût été composée que des dix centuries de la tribu Mœcia.

Essayons de déterminer, pour les diverses époques de l'histoire, le cens des ærarii et le nombre des sous-classes où ils étaient répartis.

Le dictateur Mamercus Æmilius avait fait passer une loi qui réduisait la durée de la censure de cinq ans à dix-huit mois. Pour s'en venger, les censeurs de l'an 432 av. J.-C. le rangèrent en dehors des cinq classes et en firent un[49] œrarius à cens octuple.

Le chiffre inférieur du cens (le la cinquième classe, limite supérieure de celui des ærarii, était alors de 12.500 as[50], et cette somme était la huitième partie des 100.000 as, qui formaient le cens de la première classe. Les censeurs, en infligeant à Æmilius une dégradation politique, ne voulaient pas y attacher un dégrèvement d'impôt. Ils le mirent donc au nombre des ærarii comme votant, en le maintenant dans la première classe comme contribuable.

Dans ces temps anciens, les ærarii ne formaient qu'une seule sous-classe, et même, selon Tite-Live, une seule centurie[51]. Il est vrai que cette centurie était aussi nombreuse que toute la première classe[52], ou même, si l'on en croit Denys[53], que tout le reste du peuple. Mais lorsque la fortune privée eut augmenté, et que le cens de chaque classe se fut élevé, il se forma trois sous-classes d'ærarii.

Festus[54] dit que l'on désignait par le nom de sous-classe (infra classem) les citoyens dont le cens était moindre que la somme de 120.000 as. Cette indication doit se rapporter à l'époque de la loi Voconienne[55] (168 av. J.-C.). Car c'est dans un discours de Caton en faveur de cette loi qu'Aulu-Gelle trouve les mots classici et infra classem dont le sens précis était devenu une question obscure pour les grammairiens de son temps[56]. Il nous apprend que le premier de ces mois désignait les citoyens qui avaient au moins 125.000 as de cens, et les deux derniers, ceux dont la fortune était moindre. Mais, trompé par les chiffres du cens de Servius, Aulu-Gelle a cru que 125.000 as représentaient la fortune des citoyens de la première classe, et que l'expression infra classem s'appliquait à tous ceux des classes suivantes. Cette interprétation ne peut se concilier avec les dispositions de la loi Voconia. Les citoyens nommés censi étaient seuls soumis à cette loi[57] ; et Asconius[58] nous apprend que l'on appelait de ce nom ceux qui avaient au moins 100.000 sesterces, c'est-à-dire 250.000 as de cens. Si, au temps oit la loi Voconia fut faite (168 av. J.-C.), 125.000 as eussent formé le cens de la première classe, la loi n'eût été applicable, pour ainsi dire, à personne.

Aulu-Gelle s'est donc trompé[59]. Classici a la signification naturelle de citoyens des cinq classes, et les infra classera sont ceux qui sont placés en sous-classe, c'est-à-dire les ærarii. 125.000 as étaient, en 168 av. J.-C., la limite inférieure du cens, non de la première, mais de la cinquième classe. C'était le chiffre du temps de Servius (12.500 as) multiplié par dix, comme le fut le prix de l'equus publicus[60], comme le furent toutes les valeurs nominales entre la première et la seconde guerre punique[61].

S'il en est ainsi, le cens des sous-classes d'ærarii a dû être défini, au temps des guerres puniques, par des chiffres un peu inférieurs à celui de 125.000 as. C'est en effet ce que nous trouvons dans les auteurs anciens.

Tite-Live[62] raconte qu'en l'an 214 av. J.-C., l'État n'ayant pas de quoi payer et nourrir des matelots, s'adressa aux particuliers, qui les procurèrent et fournirent à leur entretien. Les ærarii durent, selon l'usage[63], payer leur part de ce tribut. La manière dont il fut réparti ne permet pas de supposer qu'ils en aient été exemptés. Car les fortunes des riches furent plus ménagées que les fortunes moyennes. Un citoyen qui avait cinquante mille as et fournissait un matelot, donnait beaucoup plus à l'État, proportionnellement, que le citoyen riche d'un million d'as qui n'en fournissait que sept.

Or, sur les registres des censeurs de l'an 220 av. J.-C., qui servirent de base à la répartition, le cens le moins élevé de ceux qui étaient sujets à la contribution, était de cinquante mille as. C'était donc celui de la dernière sous-classe des ærarii[64].

Les mêmes censeurs de l'an 220 av. J.-C., Æmilius et Flaminius, avaient réuni, dans les quatre tribus urbaines, tous les affranchis. Ils avaient fait quelques exceptions, dont l'une en faveur des affranchis qui auraient au moins pour trente mille sesterces ou soixante-quinze mille as de propriétés rurales. Ils leur permirent de se faire inscrire dans les tribus rustiques[65]. Il y avait donc une seconde sous-classe composée de ceux qui avaient au moins 75.000 as de cens, et les affranchis riches y étaient inscrits. Enfin, Polybe[66] nous parle de légionnaires ayant dix mille drachmes ou cent mille as[67] de cens et qui, dans le rang des hastats, se distinguaient des légionnaires plus pauvres par une cotte de mailles complète.

A l'époque des dernières guerres puniques, lorsque 125.000 as composaient la moindre fortune d'un citoyen de la cinquième classe, il y avait donc trois sous-classes d'ærarii dont le cens inférieur était fixé à 50.000, 75.000 et 100.000 as de deux onces.

M. Mommsen[68] le premier, a indiqué l'existence de trois sous-classes. Il a prouvé que les centurions civils des classes de Servius, qui conduisaient les centuries au Champ-de-Mars[69] les jours de vote, passèrent dans la constitution réformée vers l'an 240, sous le nom de curatores tribuum[70]. Alors la centurie devint une partie de la tribu[71]. Chaque tribu se partagea en cinq classes, et chaque classe en deux centuries : une pour les juniores, une pour les seniores. Il y eut donc dix centuries et dix centurions civils ou curateurs dans les classes de chaque tribu, après l'an 240 a.v. J.-C. Mais si, au temps des guerres puniques, il s'était formé dans chacune des trente-cinq tribus trois sous-classes d'ærarii, qui devaient leur contingent à l'armée comme leur tribut au trésor, elles ont dû être divisées, pour la répartition du contingent et du tribut[72], en six centuries qui ne votaient pas dans l'assemblée centuriate. Une tribu a dû compter en tout seize centuries et seize curateurs ou centurions civils, huit pour chacun des deux âges.

C'est précisément ce que nous révèlent les monuments épigraphiques. M. Mommsen cite[73] deux inscriptions trouvées en 1547, dans le Forum, au pied de l'arc de Sévère[74]. Dans l'une, nous lisons les noms de huit curateurs de la demi-tribu Suburana ou Sucusana juniorum. Cinq des noms sont sur une face du monument ; ce sont ceux des curateurs des cinq classes de la demi-tribu. Trois sont sur une autre face ; ce sont ceux des curateurs des trois sous-classes dont la seconde a pour curateur un affranchi.

La seconde inscription donne les noms de huit magistrats de la même demi-tribu, Suburana juniorum, accompagnés du signe 7 qui représente le cep de vigne, symbole du pouvoir du centurion romain. Ce sont les noms des huit curateurs ou centurions civils d'une autre année.

Ainsi, les ærarii étaient des citoyens rangés en dehors des cinq classes de l'assemblée centuriate. Lorsque le cens de la cinquième classe était au moins de 12.500 as d'une livre de cuivre, ils formaient une seule[75] sous-classe, dont le cens était inférieur à cette somme. Mais, au temps de la seconde guerre punique, lorsque le cens de la cinquième classe se trouva décuplé comme toutes les valeurs nominales, et porté à 125.000 as de deux onces, les ærarii étaient déjà répartis dans trois sous-classes (infra classem), dont le cens était de 50.000, de 75.000 et de 100.000 as. Le chevalier equo publico qui, dans la revue quinquennale, était privé du cheval donné par l'État, et mis au nombre des ærarii ou cœrites[76], n'était pas pour cela privé du droit de suffrage. Un censeur qui eût ôté à un citoyen la faculté de voter dans l'une des trente-cinq tribus, eût commis un attentat contre la liberté et une usurpation sur le peuple romain, seul investi du pouvoir d'exclure un citoyen de la cité.

Le chevalier devenu œrarius était seulement privé des droits qu'on exerçait dans l'assemblée centuriate[77]. Il était inscrit dans l'une des trois sous-classes d'une tribu, et dans l'assemblée des tribus il conservait son suffrage. Mais, pour annuler en fait ce droit politique qu'en principe il ne pouvait détruire, le censeur inscrivait souvent celui dont il faisait un œrarius dans l'une des dix-sept dernières tribus, qui étaient moins souvent appelées à voter, parce que la majorité pouvait être formée avant que leur tour fût venu[78].

On comprend par là le sens politique de cette double punition si souvent infligée aux chevaliers par les censeurs : œrarios fecerunt, tribuque moverunt[79]. Par la première de ces mesures, ils les excluaient des cinq classes de l'assemblée centuriate ; par la seconde, ils réduisaient à une sorte de faculté abstraite leur droit de voter dans l'assemblée des tribus, qui était inséparable de la qualité de citoyen[80].

Les chevaliers equo publico des dix-huit centuries figuraient à la fête du 15 juillet, rangés dans les mêmes cadres et sous les mêmes noms. Ils étaient exposés, dans la revue quinquennale, aux mêmes sévérités de la part des censeurs. Ces deux cérémonies effaçaient peu à peu les différences qui séparaient à l'origine les six premières des douze dernières centuries équestres.

 

§ II. — HISTOIRE MILITAIRE PARTICULILRE AUX SIX CENTURIES SÉNATORIALES EQUO PUBLICO, DE 400 A 123 AV. J -C. DIFFÉRENCES QUI DISTINCUAIENT ENCORE LES SIX CENTURIES DES DOUZE DERNIÈRES CENTURIES ÉQUESTRES, AU SIÈCLE DES GUERRES PUNIQUES. L'ANNEAU D'OR.

Malgré la tendance des dix-huit centuries à se rapprocher sous une loi commune dans la revue quinquennale, et à se confondre dans les six turmæ de la fête des ides de juillet, les six centuries sénatoriales étaient encore très-distinctes des douze autres, de 400 à 123 av. J.-C.

La corrélation[81] qui existait dès l'origine entre le Sénat des trois cents, les trente curies, et les six centuries des Rhamnes, des Tities et des Luceres, se maintint plus longtemps que les privilèges des patriciens. Lorsque la loi de Licinius Stolon, 366 av. J.-C., eut rendu le consulat accessible aux plébéiens, et que la loi Ovinia[82] eut déterminé l'ordre dans lequel les anciens magistrats seraient inscrits sur la liste des sénateurs, les plébéiens anoblis par les magistratures curules[83], prirent peu à peu dans les cadres immobiles de la constitution une partie des places autrefois réservées au seul patriciat.

Les anciens consuls, préteurs, édiles, que la loi appelait à composer l'assemblée du Sénat[84], furent admis en même temps dans les centuries consacrées de la chevalerie. Les six centuries des Rhamnes, des Tities et des Luceres représentaient, comme le Sénat, les trente curies dont les sénateurs étaient les chefs. En s'ouvrant aux nobles plébéiens, elles restèrent donc, comme elles l'étaient à l'origine, les centuries sénatoriales. Pour s'en convaincre, il suffit de remarquer la ressemblance des expressions par lesquelles Cicéron désigne les six suffrages et les centuries équestres où votaient les sénateurs[85]. Cette ressemblance des mots est le signe de l'identité des pensées dans deux passages assez rapprochés des livres sur la République.

Depuis l'an 400 av. J.-C., les six centuries n'étant plus obligées de servir en corps dans les légions, les chevaliers qui en étaient membres prirent l'habitude de conserver, après leurs dix ans de service le cheval que l'Etat leur avait donné (equum publicum). Même en devenant sénateurs ils ne cessaient pas d'être chevaliers equo publico.

En 184 av. J.-C., Caton le Censeur[86], passant la revue de la chevalerie, privait de son cheval Scipion l'Asiatique, qui avait été consul six ans auparavant. En l'an 204 av. J.-C., les deux censeurs, M. Livius Salinator et C. Claudius Néron se trouvaient tous deux chevaliers equo publico[87]. Valère Maxime, qui a vécu dans un temps où les centuries équestres ne contenaient plus que des jeunes gens, cherche à expliquer ce fait en supposant que les deux censeurs étaient dans l'âge de la force[88]. Il est vrai que les chevaliers sénateurs ne se contentaient pas de former une chevalerie purement honoraire. Souvent ils accompagnaient comme volontaires les légions qui faisaient campagne ; et Tite-Live compte parmi les morts de la bataille de Cannes[89] vingt-et-un tribuns militaires dont quelques-uns avaient été consuls, préteurs ou édiles, et de plus quatre-vingts sénateurs ou anciens magistrats honorés de charges curules, qui étaient partis volontairement.

Mais les sénateurs avaient aussi une raison politique pour conserver le cheval payé par l'Etat : c'est qu'ils conservaient en même temps leur droit de vote et leur influence dans les six centuries équestres. C'est cet avantage politique que Scipion Emilien[90] regrettait de voir compromis par le désir imprudent de quelques sénateurs, qui demandaient un plébiscite pour leur ordonner de rendre aux censeurs les chevaux que l'Etat leur avait confiés. Le droit de garder ces chevaux était devenu pour les sénateurs un honneur coûteux. Outre que le chevalier equo publico n'était pas soldé, il était moralement obligé à faire, de temps en temps, une campagne. Les subventions de l'æs equestre et de l'æs hordearium, qui n'avaient pas varié depuis la seconde guerre punique, devaient être insuffisantes, en 129 av. J.-C., pour l'achat et pour l'entretien d'un cheval[91]. Des sénateurs, probablement ceux du parti de Metellus et de P. Mucius, rivaux de Scipion Emilien[92], demandaient la faveur de ne plus faire partie des six centuries équestres, et ils sacrifiaient ainsi l'intérêt politique du Sénat à un intérêt pécuniaire (largitionem quærunt). Mais, jusqu'à la mort de Scipion Émilien, les sénateurs, en conservant le cheval donné par l'État, s'étaient réservé le droit de vote clans les six centuries et le moyen de diriger les suffrages des jeunes chevaliers qui les composaient. Ces jeunes gens étaient eux-mêmes, le plus souvent, des fils de sénateurs, et Tite-Live nous en montre plusieurs dans le cortége des questeurs et des tribuns militaires que fournissait l'ordre équestre, c'est-à-dire le corps des dix-huit centuries[93]. On distinguait ces fils de sénateurs, aussi lien que leurs pères, par la qualification d'equites illustres[94], tandis que les chevaliers equo publico des douze dernières centuries étaient plutôt désignés par le nom d'equites splendidi[95] ; car le mot latin splendor s'applique plutôt à l'éclat de la fortune qu'a l'illustration de la race[96].

La composition des six centuries nous fait comprendre un mot que Tite-Live prêle à Persée, vainqueur, en l'an 171 av. J.-C., dans un combat de cavalerie[97] : Vous avez vaincu, dit le roi de Macédoine à ses soldats, la partie la plus forte de l'armée ennemie, cette cavalerie romaine qui se prétendait invincible. Les chevaliers sont en effet le corps où se recrute le Sénat. C'est là qu'on va chercher, après les avoir mis au nombre des sénateurs, les généraux et les consuls.

Ce langage est d'autant plus étonnant que Tite-Live, dans l'ordre de bataille qu'il nous décrit[98], ne nous montre en ligne, du côté des Romains, que la cavalerie italienne à droite, la cavalerie grecque à gauche, et au centre, l'élite de la cavalerie extraordinaire, c'est-à-dire la cohorte prétorienne, formée d'un tiers de la cavalerie des alliés[99] latins.

Comment Persée peut-il se vanter d'avoir vaincu cette chevalerie romaine qui était la pépinière du Sénat, s'il n'a eu affaire qu'à des cavaliers grecs et latins ? Mais Tite-Live, ici, ne nous a pas tout dit. Il nous a dissimulé, dans la description du combat, des détails fâcheux pour le patriotisme romain. Il nous montre le roi Persée se portant sur le centre de l'armée romaine, et y rencontrant la cavalerie grecque que Tite-Live lui-même a placée à l'aile gauche. Persée a dû rencontrer au centre ceux qui s'y trouvaient, c'est-à-dire l'élite de la cavalerie extraordinaire. Quel sentiment a pu porter Tite-Live à nous cacher la défaite de ce corps de l'armée des alliés ?

Polybe, dans la description du camp romain[100], nous dit que des deux côtés du prétoire, et sur une ligne perpendiculaire à celles des tentes des tribuns, campaient l'élite de la cavalerie extraordinaire et quelques-uns de ceux qui servent volontairement pour faire plaisir aux consuls. Ces derniers étaient précisément les chevaliers illustres des six centuries, les fils de sénateurs qui s'attachaient aux chefs de guerre en qualité de compagnons ou de contubernales[101]. Campés avec l'élite de la cavalerie extraordinaire, ils devaient se placer sur le champ de bataille à côté d'elle, et former au milieu de cette garde prétorienne, une sorte d'état-major autour du chef de guerre. Persée, en attaquant le centre de l'armée romaine, a certainement eu à combattre non des Grecs, mais ces brillants chevaliers qu'il se vanta plus tard d'avoir vaincus. Mais il plaisait à l'orgueil des Romains d'oublier dans leur histoire cette déroute de leur jeune noblesse, et de faire tomber sur des Grecs la charge victorieuse du roi de Macédoine.

La pépinière du Sénat, ce n'était donc pas toute la chevalerie, mais le corps des six centuries equo publico où les fils des sénateurs étaient inscrits avec leurs pères, en attendant que, nommés édiles, ils vinssent s'asseoir auprès d'eux sur les bancs de la curie. Ces jeunes nobles des six centuries, après avoir porté dans leur enfance la bulle d'or, distinguaient, comme leurs pères, des autres chevaliers equo publico, par l'insigne de l'anneau d'or.

LA BULLE D'OR.

Plutarque[102] fait remonter jusqu'à Romulus l'usage de la bulle d'or que les enfants de la noblesse portaient suspendue à leur cou. Le premier roi de Rome aurait accordé cette distinction aux fils des Sabines, qui, selon une tradition recueillie par Plutarque et par Tite-Live[103], donnèrent leurs noms aux trente curies. Les trois cents sénateurs ayant été dés le temps des rois les chefs des curies, cette tradition n'a qu'un sens, c'est que la bulle d'or était l'ornement des fils de famille sénatoriale. Macrobe[104] rapporte à Tarquin l'Ancien l'établissement de l'usage de la bulle d'or. Mais le roi étrusque en aurait réservé le privilège aux enfants de ceux qui auraient exercé les magistratures curules. Il est inutile (le chercher une chronologie dans l'histoire de l'époque des rois et de relever l'anachronisme contenu dans la mention des charges curules sous le règne de Tarquin. Au temps où certaines magistratures furent distinguées des autres sous ce nom, c'est-à-dire après le partage du consulat et la loi d'Ovinius, ceux qui les avaient exercées entraient de droit au Sénat. La tradition rapportée par Macrobe signifie donc comme la première, que la bulle d'or appartenait aux fils des sénateurs. En effet, Tite-Live en parle[105] comme d'une distinction qui leur était encore réservée au temps de la seconde guerre punique. Mais les progrès de la richesse privée et surtout ceux de la vanité en eurent bientôt rendu l'usage commun à tous les enfants de famille équestre[106]. Pour les écrivains de la fin de la République, la bulle d'or mise au cou d'un enfant était le signe que son père possédait une assez grande fortune[107] ; enfin au temps de l'Empire[108], tous les enfants de race libre la portaient.

L'ANNEAU D'OR.

L'histoire de l'anneau d'or ressemble à celle, de la bulle. C'était d'abord une marque de distinction réservée aux sénateurs et aux personnes de leurs familles ; et, à l'époque dont nous nous occupons, entre 400 et 123 av. J.-C., il n'était porté dans la chevalerie que par les membres des six centuries sénatoriales equo publico. Plus tard, le goût de l'ostentation en répandit l'usage, et, au temps de l'empire, lorsqu'on voulut en faire le signe distinctif de la qualité de chevalier, tout le monde le prit, et il ne distingua plus personne[109].

En l'an 210 av. J.-C., la République n'ayant pas de quoi armer une flotte, le consul Levinus vint proposer au Sénat de donner l'exemple du désintéressement[110] : Il faut, dit-il, que nous tous sénateurs nous allions demain porter au Trésor public ce que nous avons d'or, d'argent et de cuivre monnayé. En or, chacun pourra conserver son anneau, celui de sa femme et de ses enfants, et la bulle de son fils. Ceux qui ont une femme ou des filles, garderont de plus une once d'or pour chacune d'elles. En argent, ceux qui ont siégé sur la chaise curule, conserveront les ornements de leur cheval (les phalères), et une livre d'argenterie, afin qu'ils puissent avoir la salière et le plat nécessaires pour faire les offrandes aux dieux. Les autres sénateurs[111] conserveront seulement la livre d'argenterie. En cuivre, chaque famille gardera cinq mille as.

Pendant la seconde guerre punique, l'anneau d'or était donc porté par tous les sénateurs et par les personnes de leur famille ; les sénateurs, qui avaient exercé les charges curules, et qui conservaient le cheval donné par l'État, se distinguaient des autres chevaliers par les phalères d'argent qui ornaient la tête de leur cheval. Sur le champ de bataille de Cannes, où il périt une centaine de sénateurs, Annibal ne trouva d'argent que dans les plaques dont ces ornements se composaient[112].

Les écrivains anciens s'accordent à dire qu'entre les années 400 et 123 av. J.-C., l'anneau d'or était le signe distinctif de la noblesse. Or, depuis le partage du consulat (366 ans av. J.-C.), et depuis la loi d'Ovinius, qui doit être du même temps[113], le mot latin nobilitas ne désigne plus seulement le patriciat, mais toutes les familles patriciennes ou plébéiennes dont les chefs avaient exercé les charges curules[114], et, par conséquent, obtenu une place au Sénat. L'anneau d'or appartenait donc aux sénateurs et à leurs fils, et l'usage n'en était pas encore permis aux autres familles. Lorsqu'en l'année 304 av. J.-C., le scribe Flavius fut élevé à, l'édilité curule, les nobles s'indignèrent d'être obligés d'admettre un tel homme dans leurs rangs. Presque toute la noblesse, dit Tite-Live, déposa les anneaux d'or et les phalères[115]. Pline, rapportant le même fait, est encore plus explicite[116] ; il dit qu'après l'élection de Flavius, ce furent les sénateurs qui déposèrent leurs anneaux d'or, non pas tous les sénateurs, mais ceux-là seuls qui étaient nobles, c'est-à-dire ceux qui avaient exercé les magistratures curules[117]. On se trompe, ajoute-t-il, en supposant que l'ordre équestre s'associa à cette démonstration, parce que les Annales portent que les phalènes furent aussi déposées.

L'anneau d'or n'était donc pas plus que les phalères d'argent une distinction commune à tout l'ordre équestre. Comme il n'était porté que par la noblesse sénatoriale, il n'a dû servir d'insigne, dans la chevalerie, qu'aux membres des six premières centuries, composées des sénateurs et de leurs fils. Lorsque Auguste, dit encore Pline[118], organisait les décuries de juges, la plus grande partie des juges portait l'anneau de fer, et on les nommait juges et non chevaliers ; le nom de chevaliers ne se conservait que dans les escadrons qui avaient les chevaux donnés par l'État (in turmis equorum publicorum). Bien plus, avant l'an 23 ap. J.-C., la vanité de porter l'anneau d'or n'était pas généralement répandue, parce qu'on reconnaissait dans des personnes qui portaient l'anneau de fer, des chevaliers aussi bien que des juges[119].

Il est vrai qu'en réservant l'anneau d'or aux six premières centuries equo publico, on ne peut guère admettre la tradition qui nous montre Magon versant devant, le Sénat de Carthage trois mesures de ces anneaux, recueillis sur le champ de bataille de Cannes[120]. Pline, qui accepte cette tradition, croit y voir une preuve que l'usage de l'anneau d'or était général au temps de la seconde guerre punique ; mais, alors, comment était-il devenu si rare sous le règne d'Auguste ? Ici, Pline se contredit lui-même, et le fait qu'il rapporte, loin de rien prouver, aurait besoin de preuve. Florus[121] réduit les trois mesures d'anneaux à deux, et Tite-Live trouve que le récit où l'on n'en compte qu'une mesure est plus vraisemblable. Nous pouvons bien imiter les anciens, et tenir pour exagérée même cette dernière évaluation. Pour remplir une seule mesure (modius) ayant une capacité de plus d'un décalitre[122], avec des dépouilles aussi légères, il eût fallu que les Carthaginois eussent tué les 2.400 chevaliers romains des huit légions qui combattaient à Cannes, et que tous eussent porté l'anneau d'or. Mais Tite-Live nous dit que cet insigne n'appartenait qu'aux plus illustres des chevaliers[123], et un grand nombre d'entre eux échappèrent aux coups des Carthaginois. L'anecdote qui nous représente les Carthaginois mesurant au décalitre[124] les anneaux des chevaliers romains dans le vestibule de leur Sénat, a donc toute l'apparence d'une mise en scène imaginée il plaisir. Tite-Live a pu en tirer un argument dans le discours qu'il prèle à Magon ; mais on n'en peut tirer aucune conséquence pour l'histoire réelle.

CONCLUSIONS.

Les six centuries equo publico étaient donc, au temps des guerres puniques, encore distinctes des douze dernières. Comme par le passé, elles représentaient les trente curies, et se composaient de chevaliers de famille sénatoriale. Les sénateurs avaient même pris l'habitude de conserver le cheval donné par l'État, après la fin de leurs dix ans de service ; non qu'ils trouvassent aucun avantage matériel à rester chevaliers equo publico, puisque cet honneur était déjà dispendieux de 186 à 129 av. J.-C. ; mais ils gardaient par ce moyen la direction politique des six centuries, appelées aussi les six suffrages ou les suffrages du Sénat. Les chevaliers-sénateurs, lorsqu'ils avaient exercé une magistrature curule, ornaient la tète de leur cheval de plaques d'argent, appelées phalères. Tous les chevaliers des six centuries, sénateurs ; fils ou parents de sénateurs, se distinguaient de ceux des douze centuries par la qualification d'illustres. Ils avaient encore, en 210 av. J.-C., pour insigne particulier l'anneau d'or. Tous ceux qui dans leur enfance avaient porté la bulle d'or, avaient droit à l'anneau ; mais ces distinctions sénatoriales furent usurpées d'abord par les simples chevaliers, puis par les hommes libres, enfin par les affranchis.

 

§ III. — HISTOIRE MILITAIRE PARTICULIÈRE AUX DOUZE DERNIÈRES CENTURIES EQUO PUBLICO, DE 400 A 123 AV. J.-C.

Les douze cents chevaliers des douze dernières centuries equo publico, depuis l'an 400 av. J.-C., servaient individuellement comme attachés à la personne des chefs de guerre. Choisis par les censeurs parmi les familles équestres les plus riches, ils étaient désignés souvent par le nom d'equites splendidi[125] ; mais ils ne portaient pas l'anneau d'or comme les chevaliers illustres des six centuries sénatoriales. Ils ne gardaient pas, comme les sénateurs, le cheval que l'État leur avait confié. Au bout de leurs dix ans de service, ils le rendaient au censeur[126]. Il n'y aurait eu pour eux aucun avantage politique qui pût, comme pour les sénateurs, servir de dédommagement aux frais qu'entraînait le service equo publico. Les plus riches des chevaliers equo privato, les publicains, étaient assez nombreux pour qu'un corps de douze cents chevaliers pût se recruter facilement parmi leurs fils sans changer d'esprit politique. Ils tenaient assez à leur intérêt pour ne pas ambitionner un honneur coûteux, et pour regarder comme une faveur la dispense de servir dans la chevalerie equo publico[127].

Le procès des censeurs de l'an 169 av. J.-C. va nous faire voir comment les douze centuries étaient composées, et dans quels rapports elles se trouvaient placées, soit vis-à-vis des chevaliers equo privato, soit vis-à-vis des six centuries sénatoriales[128]

Dans la revue quinquennale des chevaliers equo publico, les censeurs C. Claudius et Tib. Sempronius avaient montré beaucoup de rigueur et de dureté ; ils enlevèrent à beaucoup de chevaliers le cheval donné par l'État. Ayant offensé par là l'ordre équestre[129], ils rendirent les haines qu'ils inspiraient plus ardentes par un édit où ils défendirent à quiconque, sous la censure de Q. Fulvius et d'A. Posturnius, était devenu fermier des impôts ou entre- preneur de travaux publics, de prendre part aux enchères qu'ils allaient ouvrir, ni comme sociétaire ni comme intéressé dans une compagnie. Les anciens publicains réclamèrent, et ils demandèrent en vain au Sénat d'ordonner que les enchères leur fussent ouvertes. Ils finirent par confier leur cause au tribun Rutilius, qui proposa de recommencer les adjudications, en admettant tous les enchérisseurs. Un jour, dans une assemblée bruyante oit cette question s'agitait, le censeur C. Claudius fit ordonner le silence par le héraut. Le tribun Rutilius prétendit qu'on l'avait empêché de parler à la plèbe, et, pour cette au, teinte à son inviolabilité, il intenta à C. Claudius une accusation capitale. Un autre prétexte servit à faire comparaître aussi l'autre censeur devant l'assemblée centuriate. Claudius fut appelé le premier à se défendre, et déjà, sur les douze centuries de chevaliers, huit avaient condamné le censeur, et avaient été imitées par beaucoup d'autres centuries de la première classe, lorsque, tout d'un coup, les plus nobles citoyens[130], en présence du peuple, déposèrent leurs anneaux d'or, et prirent le deuil, pour solliciter en suppliants l'indulgence de la plèbe. On peut se demander pourquoi Tite-Live n'a parlé ici que de douze centuries équestres. Les six premières centuries avaient-elles donc été abolies ou ne votaient-elles pas avec la première classe ?

Les six centuries existaient en 169 av. J.-C., puisque Tite-Live en parle comme d'une institution qui durait encore de son temps[131]. Les dix-huit centuries ont toutes et toujours fait partie de la première classe de citoyens[132] ; mais l'historien aurait cru superflu d'écrire que les six centuries sénatoriales avaient absous le censeur. Claudius ; puisqu'il nous montre les nobles dont elles étaient formées, ou dont l'influence y dominait ; déposant leurs anneaux d'or, prenant le deuil, et descendant aux supplications pour sauver l'accusé. Une telle démarche, faite par les chefs des six suffrages ou des suffrages du Sénat, indiquait assez le sens de leurs votes pour qu'il fût inutile de l'expliquer à un Romain. Les six suffrages furent au nombre des centuries de la première classe qui votèrent pour Claudius, et dont Tite-Live ne parle pas. La pensée de l'auteur était de montrer de combien peu il s'en fallût que le censeur ne fût condamné[133]. Il ne s'est donc occupé dans ce passage que des centuries qui avaient voté contre Claudius.

Huit des douze dernières centuries équestres prononcèrent la sentence d'exil contre le protégé du Sénat. Il est donc fort probable que la sévérité des censeurs de l'an 169 av. J.-C. s'était exercée sur des chevaliers de ces centuries, et qu'elle avait épargné les chevaliers qui portaient l'anneau d'or. Les membres des douze centuries portaient l'anneau de fer comme les chevaliers equo privato parmi lesquels ils étaient le plus souvent choisis. Les publicains, qui formèrent plus tard l'ordre judiciaire, portaient aussi l'anneau de fer ; ils étaient chevaliers equo privato[134]. Blessés dans leur orgueil de corps, les membres des douze centuries associaient leur vengeance politique à celle des publicains, blessés dans leurs intérêts. Les griefs des mis contre les censeurs irritaient les autres, et ils se montraient également animés d'un esprit d'opposition contre le Sénat. Si les fils des sénateurs étaient rangés à côté de leurs pères dans les six premières centuries équestres, les fils des publicains devaient tenir une grande place dans les douze dernières.

C'est ce qui explique l'antagonisme politique qui séparait les deux moitiés de la chevalerie equo publico, et l'injuste sévérité que le Sénat, les censeurs, les chefs militaires déployaient contre les chevaliers des douze centuries, tandis que leur indulgence pour les fils des sénateurs allait jusqu'au scandale.

Après la bataille de Cannes, quatre mille fantassins et deux cents cavaliers[135] s'étaient sauvés du grand camp à Canouse. Là se trouvaient quatre tribuns militaires, Fabius Maximus, Publicius Bibulus, P. Cornélius Scipion, qui fut plus tard le vainqueur d'Annibal, et Appius Claudius Pulcher, avec plusieurs fils de consulaires. Quelques-uns de ces nobles, à l'instigation de L. Cæcilius Metellus, formèrent un complot pour abandonner l'Italie ; ce fut le jeune Scipion qui les arrêta. Tons les chevaliers equo publico qui avaient pris part à la déroute ou à la conspiration de Metellus, furent privés du cheval donné par l'État, mis au nombre des ærarii et chassés de leur tribu[136]. C'étaient là des punitions légères : mais pour ceux d'entre eux qui n'étaient ni sénateurs ni fils de sénateurs[137], on en trouva de plus rigoureuses ils furent transportés en Sicile avec les fantassins qui avaient échappé au désastre de Cannes[138]. Un sénatus-consulte les obligea à servir à pied, et plus tard, en 210 av. J.-C., les nouveaux censeurs qui durent inscrire ces chevaliers sur les rôles de la cavalerie, effacèrent les années de service qu'ils avaient faites avec les chevaux payés par l'État, et les obligèrent à recommencer leurs dix campagnes avec des chevaux achetés à leurs frais (equis privatis[139]). Ces chevaliers, qui n'étaient pas nobles, furent privés de congés et de décorations militaires[140], enfin relégués pour tout le temps de la guerre à Lilybée, loin des champs de bataille, où ils auraient pu réparer leur honneur[141].

Mais les sénateurs et fils de sénateurs, les chevaliers illustres qui portaient l'anneau d'or et appartenaient aux six centuries sénatoriales, quoiqu'ils eussent commis les mêmes fautes, échappèrent à tant de rigueurs. Ils en furent quittes pour voir leurs noms inscrits sur les registres du cens dans des catégories peu honorables ; mais cette note sans force[142], cette dégradation purement nominale, ne les empêcha pas d'arriver aux honneurs. Le consul Varron reçut les félicitations du Sénat pour n'avoir pas désespéré de la République, et il fut envoyé comme proconsul dans le Picenum. O. Fabius Maximus, le fils du Temporiseur, un des tribuns militaires qui s'étaient sauvés de Cannes, fut nommé consul en l'an 213 av. J.-C. ; P. Scipion alla remplacer en Espagne son père et son oncle ; et L. Cæcilius Metellus, l'auteur du complot de Canouse, nommé questeur en L'an 215 et tribun de la plèbe en 214, cita devant le peuple les censeurs qui l'avaient privé de son cheval et noté d'infamie[143].

Justement indignées de l'inégalité dont elles étaient victimes, les légions de Lilybée envoyèrent à M. Marcellus, proconsul dans la Sicile orientale, les premiers de leurs chevaliers et de leurs centurions pour demander qu'on les mît au moins en face de l'ennemi[144]. Celui qui porta la parole était un ancien chevalier des douze centuries équestres ; car il rappela le sénatus-consulte qui avait forcé les chevaliers equo publico, privés par les censeurs du cheval donné par l'État, à servir à pied dans les légions de Sicile[145]. Voici le langage fort naturel que Tite-Live lui prête :

Nous avons entendu dire que ceux qui ont échappé comme nous au désastre demandent et exercent les honneurs, et gouvernent des provinces. Est-ce donc, sénateurs, que vous réservez toute votre indulgence pour vous et pour vos enfants, et que vous nous méprisez trop pour n'être pas cruels envers nous ?

A cette réclamation si juste, à cette demande si honorable, le Sénat fit répondre avec une sécheresse orgueilleuse : Qu'il ne voyait aucune raison de confier les intérêts de la République à ceux qui, sur le champ de bataille de Cannes, avaient abandonné leurs compagnons d'armes ; que, si le proconsul M. Claudius en jugeait autrement, il fit ce qu'il croirait conforme à l'intérêt public, mais sous sa responsabilité[146].

On reconnaît à ce langage l'aristocratie insolente et trop vantée des magistratures curules, composée eu grande partie de plébéiens anoblis[147], qui dédaignèrent la plèbe du jour où les patriciens cessèrent de les mépriser.

De même que la noblesse de Venise, mais avec moins de succès, elle essaya toujours de fermer son livre d'or et d'empêcher les hommes nouveaux d'y inscrire leurs noms. A cette race de parvenus appartenaient les Cæcilius Metellus, qui, fiers de ce que Preneste, leur patrie, était plus voisine de Rome qu'Arpinum, voulurent barrer le chemin des honneurs à Marius et à Cicéron.

Dès l'époque de la seconde guerre punique, pour se venger d'un vers satirique, ils menaçaient le poète Nævius de la bastonnade[148], et ils faisaient arriver aux magistratures leur fils coupable d'une trahison, pendant que les quatorze mille légionnaires et chevaliers de Cannes expiaient cruellement le tort d'avoir survécu à une armée de quatre-vingt mille hommes.

Animée d'un orgueil nobiliaire si partial, l'aristocratie sénatoriale maintint longtemps encore la ligne de démarcation qui séparait les six premières centuries équestres des douze dernières, les fils des sénateurs des fils des publicains, la jeune noblesse que l'anneau d'or destinait au Sénat, des chevaliers qui, ayant la richesse (spiendorem equestrem) sans l'illustration, portaient seulement l'anneau de fer.

 

 

 



[1] Voir plus haut, liv. 1er, ch. Ier, § 2.

[2] Denys, IV, 18. Comparez Cicéron, De Republica, II, 22. ....Duodeviginti censu maximo.

[3] Nous empruntons cette excellente observation à l'Encyclopédie de Pauly, s. v. Equites. Stuttgart, 1844, 3e vol.

[4] Suétone, Vie d'Auguste, 38. Equitum turmas frequenter RECOGNOVIT post longam intercapedinem reducto more TRANSVECTIONIS.

[5] Valère Maxime (liv. II, ch. 2, n° 9) appelle la fête du 15 juillet : probatio equitum.

[6] Denys, VI, 10-13.

[7] Tite-Live, II, 20.

[8] Tite-Live, II, 42.

[9] Denys, VII, 71. Ces 500 mines ou 50.000 drachmes vaudraient 43.110 francs ; mais il faut remarquer qu'avant la guerre punique on ne se servait point, à Rome, de monnaies d'argent comme la drachme, et que les sommes n'y étaient point exprimées en mines, puisque le premier denier d'argent fut frappé en 269 av. J.-C. La monnaie était alors l'as d'une livre de cuivre. Denys semble l'ignorer, et il exprime les valeurs d'asses librales en mines et en drachmes comme s'il était question, avant les guerres puniques, d'as de deux onces valant la dixième partie d'une drachme ou denier d'argent. Mais les as de deux onces ne furent taillés qu'à la fin de la première guerre punique. L'expression 500 mines ou 50.000 drachmes doit être, chez Denys, la traduction inexacte de 500.000 asses librales, poids de cuivre qui vaudrait aujourd'hui un peu plus de 400.000 francs, et qui, au temps de la première guerre punique, en aurait valu seulement 286.125.

[10] Voir liv. II, ch. Ier, § 3.

[11] Tite-Live, IX, 16. Aurelius Victor, De viris illustribus urbis Romæ, ch. 32. Valère Maxime, II, 2, n° 9.

[12] Denys, VI, 13.

[13] Aurelius Victor, 32.

[14] Pline, Histoire naturelle, XV, V, 4.

[15] Voir livre II, ch. Ier, § 3.

[16] Les chevaliers equo publico ne servant plus en corps depuis l'an 400, ne formaient plus de turmæ de trente hommes, dans les légions romaines.

[17] Denys, VI, 13.

[18] Tite-Live mentionne cette revue : XXIV, 18, pour l'an 214 ; XXVII, II, pour l'an 209 ; XXIX, 37, pour l'an 204 ; XXXII, 7, pour l'an 199 ; XXXIV, 41, pour l'an 193 ; XXXVIII, 36, pour l'an 189 ; XXXIX, 42 et 44, pour l'an 184 ; XL, 46 et 51, pour l'an 179 ; XLII, 10, pour l'an 174 ; XLIII. 16, pour l'an 169.

[19] Loi de Mamercus Æmilius. Tite-Live, IV, 24.

[20] Tite-Live, XXXV, 9.

[21] Tite-Live, XXIX, 37.

[22] Tite-Live, I, 44. Suovetaurilia.

[23] Valère Maxime (II, 9, n° 6, et IV, 1, n° 10) emploie deux fois l'expression centuries equitum recognoscere, qui prouve que cette revue n'était que pour les chevaliers equo publico. Les chevaliers légionnaires equo privato étaient divisés en décuries et non en centuries, Decuriati equites. Tite-Live, XXII, 38.

[24] Tite-Live, XXIX, 37.

[25] On nous pardonnera d'avancer ici des assertions qui ne sont prouvées qu'au chapitre suivant. À Rome, l'histoire militaire et l'histoire politique s'expliquent l'une par l'autre. Il faut pourtant les distinguer sous peine de confusion. On est obligé quelquefois de sacrifier la rigueur de la méthode à la clarté de l'exposition.

[26] Tite-Live, XXIX, 37. Quum ad tribum Polliam ventum est....

[27] Plutarque, Vie de Pompée, ch. XXII.

[28] Plutarque, Vie de Pompée, ch. XXII. La question et la réponse eussent été superflues si le chevalier equo publico eût été soldé. Les registres des questeurs militaires eussent fait foi de ses services (stipendia). (Tite-Live, IV, 43 et 44. Polybe, VI, 39, n° 15). Mais le chevalier equo publico n'était pas soldé, et ne faisait plus partie de l'effectif régulier de la légion, depuis l' an 400 av.

[29] Nonius, édition Gerlach, Bâle, 1842, s. v. Caballus.

[30] Polybe, VI, 19, n° 4. Plutarque, Vie de Caïus Gracchus, ch. 2.

[31] Valère Maxime, IV, 1, n° 10.

[32] Aulu-Gelle, liv. IV, 12, 2.

[33] Paul Diacre, éd. Lind., p. 80, s. v. Impolitias facere.

[34] Tite-Live, XXIV, 18.

[35] Cicéron, Pro Cluentio, XLIII.

[36] Cicéron, De Republica, II, 6.

[37] Asconius, Ad Divinat. in Q. Cæcilium, III, s. v. Etiam censorium nomen. Comparez Cicéron, Orator, II, 66. Tite-Live, XLII, 10.

[38] Tite-Live, XXXIX, 42.

[39] Valère Maxime, IV, 1, n° 10.

[40] Cette anecdote nous explique un mot de Suétone (Vie d'Auguste, 38). Cet auteur nous dit qu'en rétablissant la fête du 15 juillet, Auguste ne permit pas qu'un accusateur oint forcer un chevalier à descendre de cheval pendant le défilé comme cela se faisait autrefois. Suétone a confondu la parade du 35 juillet avec l'inspection quinquennale, parce qu'Auguste les avait réunies. C'est dans l'inspection seule qu'une accusation pouvait autrefois se produire contre le chevalier, parce qu'alors le censeur exerçait à son égard les fonctions de juge (De Republica, IV, 6). Mais dans l'ancienne fête du 15 juillet il n'y avait pas de tribunal et pas d'accusation possible. Tite-Live, XXXIX, 42. Oratio qua si accusator ante notam non censor post notam usus esset.

[41] Aulu-Gelle, liv. IV, ch. XX, n° 11.

[42] Asconius, In Divinatione, ch. III, s. v. Etiam censorium nomen.

[43] Tite-Live, XLV, 15.

[44] Cicéron, Pro domo sua, 29 et 30 ; Pro Balbo, 11 ; Pro Cæcina, 33-35.

[45] Fessus, s. v. Infra classem.

[46] Cicéron, De legibus, III, 19. Descriptus populus censu, ordinibus, œtatibus plus adhibet ad suffragium consilii quam fuse in tribus convocatus.

[47] Tite-Live, XXIX, 37.

[48] Sans doute, le collègue de Livius pouvait retirer du nombre des ærarii ceux que le censeur y ait mis. Mais si la mesure prise par Livius eût été illégale, elle eût suscité une protestation comme celle qui eut lieu en 169 av. J.-C. (Tite-Live, XLV, 15.)

[49] Tite-Live, IV, 24. Nous traduisons littéralement octuplicato censu œrarium, parce que ces trois mots forment une sorte de mot composé.

[50] Denys (IV, 17) met le cens inférieur de la cinquième classe de Servius à 12 mines et demie ou 1.250 drachmes, et il traduit par là l'expression latine de 12.300 as, comme il traduit les 100.000 as de la première classe par 100 mines. Le chiffre de 12.500 as est mieux en rapport avec l'ensemble des chiffres du cens de Servius, que celui de 11.000 as donné par Tite-Live (I, 43).

[51] Tite-Live, I, 43. Les écrivains latins ne comptent le plus souvent que cinq classes (Cicéron, Académiques Ires, liv. II, ch. 23. Tite-Live, III, 30. C. Tuberon, dans Aulu-Gelle, X, 28), parce que depuis 470 av. J.-C., on ne convoquait plus que les cinq premières classes à l'assemblée centuriate.

[52] Cicéron, De Republica, II, 22.

[53] Denys, VII, 59.

[54] Festus, s. v. Infra classem. Festus ne dit point que 120.000 as fût le cens de la première classe.

[55] Épitomé XLI de Tite-Live.

[56] Aulu-Gelle, VII, 13.

[57] Cicéron, In Verrem, II, I, 41 et 43.

[58] Asconius, Ad hunc locum, s. v. Neque census esset.

[59] Son erreur sera mieux prouvée encore lorsque nous examinerons en détail la loi Voconia.

[60] Voir plus haut, sur l'æs equestre, liv. I, ch. III, § 2.

[61] Tite-Live, XXXIX, 44. En 184 av. J.-C., année de la censure de Caton. In censibus quoque accipiendis tristis et aspera in omnes ordines censura fuit. Ornamenta et vestem muliebrem et vehicula, quæ PLURIS QUAM QUINDECIM MILLIUM ÆRIS ESSENT, in censum referre viatores jussit : item mancipia minora annis viginti, quæ post proximum lustrum DECEM MILLIBUS ÆRIS AUT EO PLURIS VENISSENT, uti ea quoque decies tanto pluris quam quanti essent ; et in his rebus omnibus terni in millia caris attribuerentur. De tels chiffres sont inconciliables avec la supposition qu'en l'année 184 av. J.-C., 100.000 as aient formé le cens de la première classe. Plutarque (Vie de Caton l'Ancien, ch. XVIII) traduit les quinze mille as dont parle Tite-Live, par quinze cents drachmes, ce qui prouve que dans les estimations des censeurs, on employait comme monnaie de compte l'as de deux onces romaines, qui n'avait plus cours depuis 217 av. J.-C., mais qui valait la dixième partie de la drachme, c'est-à-dire du denier d'argent.

[62] Tite-Live, XXIV, 11.

[63] Asconius, In divinatione, III.

[64] A la fin de la seconde guerre punique, on fut dans la nécessité d'armer les prolétaires (Ennius, dans Aulu-Gelle, XVI, 10). Proletarius publicitus scutisque feroque ornatur ferro. Ils furent, au temps de Polybe, les derniers légionnaires (Polybe, VI, 49, n° 2) qui avaient au moins 409 drachmes ou 4.000 as de cens. Quant aux chiffres de 1.500 as au plus, comme cens des prolétaires, et de 375 as, comme limite supérieure du cens des capite censi, ils se rapportent à l'époque de Servius et de la loi des Douze-Tables (Aulu-Gelle, XVI, 10. Comparez De Republica, II, 22). Ce sont des sommes exprimées en asses librales. Le cens de 375 asses librales, limite supérieure de la fortune des capite censi au temps de Servius, fut multiplié par un peu plus de dix, comme toutes les valeurs en as de l'époque des guerres puniques, et devint le cens de 4.000 asses sextantarii, celui des prolétaires enrôlés au temps de Polybe. Les capite censi, qui possédaient une fortune moindre que les prolétaires (Aulu-Gelle, XVI, 10, n° 12), ne furent enrôlés que par Marius (Salluste, Guerre de Jugurtha, ch. 86).

[65] Tite-Live, XIX, I5.

[66] Polybe, VI, 23, n° 14 et 15.

[67] Si, comme on le croit généralement, le cens de 100.000 as eût été, au temps des guerres puniques, celui de la première classe, ceux qui le possédaient eussent été non des fantassins, mais des cavaliers. Sons prouverons directement (au liv. II, ch. III, § I) que toute la première classe servait dans la cavalerie.

[68] M. Mommsen (Les tribus romaines, Altona, 1844) fixe le cens des sous-classes à des chiffres très-différents des nôtres. Il a confondu les valeurs en asses librales du temps de Servius avec les valeurs en asses sextantarii et en deniers du temps des guerres puniques. Mais cette erreur d'évaluation n'ôte rien à la force de sa démonstration sur l'existence des sous-classes.

[69] Denys, VII, 50. Sur l'exercitus urbanus, voir La Cité antique, de M. Fustel de Coulanges, liv. IV, ch. VII, p. 373.

[70] Varron, VI, 86.

[71] Cicéron, Pro Plancio, ch. XX.

[72] Les sous-classes n'étaient pas appelées à voter au Champ-de-Mars avec l'assemblée centuriate. Les centuries des cinq classes y figuraient seules depuis 470 av. J.-C.

[73] M. Mommsen, Les tribus romaines, Altona, 1844, p. 195 et suiv.

[74] Inscriptions de Gruter, 104-6.

[75] Verrius Flaccus faisait remonter à Servius Tullius la subdivision de la sixième classe qu'il appelait quintana classis parce qu'elle était divisée en cinq sous-classes, trois composées d'ærarii, ou cœrites, une de prolétaires et une de capite censi. Festus, s. v. Quintana classis : Quintanam classem ait Verrius dictam quod in ea Servius Tullius rex, distributa capite censorum multitudine, quinque fecit cum eas ordinavit. A l'origine, les hommes de la sixième classe étaient confondus en une seule centurie. Tite-Live, I, 43. (Voir nos tableaux de la constitution romaine.)

[76] Asconius (In divinatione, III, s. v. Etiam censorium nomen) assimile les ærarii aux cœrites. Comparer Horace, Epist. I, 6, 62, Cœrite cera digni.

[77] C'est dans ce sens restreint qu'il faut prendre ce qu'Aulu-Gelle nous dit des cœrites, qui étaient privés du droit de suffrage (XVI, 13, n° 7). Comparer Tite-Live, XLV, 15.

[78] La tribu Suburane, dans l'ordre des tribus, était la première de celles de la ville ; la Romilia, la première des tribus rustiques ; l'Arniensis, la dernière de toutes (Cicéron, De lege agraria, II, 29).

[79] Tite-Live, XLII, 10.

[80] Asconius est du même avis que Tite Live (ch. VIII : In proœmio accusationis in Verrem, s. v. Q. Verrem Romilia ; il dit : Tribus enim urbanæ rusticœque omnes triginta quinque numerantur : ex quibus aliquam necesse est, cujusque ordinis fuerit, civis Romanus obtineat.

[81] Voir liv. Ier, chap. II, § 2 et 3.

[82] Festus, s. v. Prœteriti.

[83] Tite-Live, X, 6, 7 et 8. An 300 av. J.-C. Capita plebis consulares triumphalesque plebeios.... Jam ne nobilitatis quidem suæ plebeios pœnitere. La noblesse se comptait par les images (Tite-Live, I, 34). Aneum nobilem una imagine Numæ ; et la première magistrature curule, l'édilité, donnait à l'édile le droit de transmettre son image à sa postérité (Verrines, act. II, liv. V, ch. XIV).

[84] Tite-Live, XXII, 49. Qui eos magistratus gessissent unde in senatum LEGI DEBERENT.

[85] Cicéron, De Republica, II, 2. Equitatus in quo SUFFGAGIA sunt etiam SENATUS. Ibidem., II, 22. Equitum centuriæ cum SEX SUFFRAGIIS.

[86] Tite-Live, XXXIX, 44.

[87] Tite-Live, XXIX, 37.

[88] Valère Maxime, II, ch. IX, n° 6. Propter robur ætatis.

[89] Tite-Live, XXII, 49.

[90] Cicéron, De Republica, IV, 2. Si ce désir ne fût pas venu des sénateurs, mais des tribuns ennemis du Sénat, Scipion l'eût qualifié de ruse politique, et non de sottise : slulte cupientibus.

[91] Dès le temps de Caton, on montrait peu d'empressement à remplir les 2.400 places de la chevalerie equo publico, fallait prendre des mesures pour que le nombre des chevaliers ne tombât pas au-dessous de 2.200 (Caton, dans Priscien. Note 3 du livre Ier, à la fin de ce volume. C'est vers le même temps qu'Æbutius se faisait dispenser de recevoir un cheval de l'État, 186 av. J.-C. (Tite-Live, XXXIX, 19).

[92] Cicéron, De Republica, I, 19.

[93] Tite-Live, XXI, 59. Quinque equestris ordinis senatorum ferme liberis.

[94] Tite-Live, XXX, 18.

[95] Hirtius, Bello Alexandrino, 40, fin. Ceciderunt eo prœlio splendidi atque illustres viri nonnulli, equites Romani. Comparez Valère Maxime, IV, 7, n° 5. Splendidæ stipendia.

[96] Valère Maxime, III, 5, n° 2. Pecuniam, quæ Fabiae gentis splendori servire debebat.

[97] Tite-Live, XLII, 61.

[98] Tite-Live, XLII, 58 et 59.

[99] Polybe, VI, 26, n° 6 et 7.

[100] Polybe, VI, 31, n° 2.

[101] Suétone, César, 42. Cicéron, Pro Cælio, 30, et Pro Plancio, 11.

[102] Plutarque, Romulus, 20.

[103] Tite-Live, I, 13. Comparez Plutarque, Romulus, 14 et 20.

[104] Macrobe, Saturnales, I, 6, éd. des Deux-Ponts, t. Ier, p. 220-221.

[105] Tite-Live, XXVI, 36. An 210 av. J.-C.

[106] Pline, Hist. nat., XXXIII, 4. Mos bullæ duravif ut eorum qui equo meruissent filii insigne id haberent.

[107] Cicéron, In Verrem de prætura urbana, 58. L'enfant qui avait quitté sa bulle, parce que Verrès lui avait pris son bien, était le fils d'un P. Junius de la plèbe romaine.

[108] Asconius, Ad hunc locum, s. v. Sine bulla. Comparez Juvénal, Satire V, vers 163 et suivants.

[109] Pline (Hist. nat., XXXIII, 8) dit que l'anneau d'or ne devint la marque distinctive de la chevalerie que la neuvième année du règne de Tibère, 23 ans après J.-C. Ad ea ornamenta etiam servitute liberati transiliunt..... Ita, dam separatur ordo ab ingenuis, communicatis est cum serviliis.

[110] Tite-Live, XXVI, 36.

[111] Ceux qui n'avaient pas exercé les charges curules. Après la bataille de Cannes, pour remplir les places vacantes au Sénat, Fabius Buteo avait choisi 177 sénateurs, dont la plupart n'avaient exercé que des magistratures inférieures (Tite-Live, XXIII, 22 et 23, et XXIX, 37).

[112] Tite-Live, XXII, 49 et 52. Si quid argenti, quod plurimum in phaleris equorum erat.

[113] Mommsen, Histoire romaine, trad. par M. Alexandre, liv. II, ch. III, t. II, p. 97.

[114] Tite-Live (X, 6, 7 et 8, an 300 av. J.-C.) fait dire à Decius : Les plébéiens peuvent déjà parler sans rougir de leur noblesse ; et, pour expliquer sa pensée, il rappelle le partage des grandes charges et les lois de Licinius Stolon.

[115] Tite-Live, IX, 47.

[116] Pline, Hist. nat., XXXIII, 6.

[117] Les sénateurs qui n'avaient pas exerce les magistratures curules s'appelaient pedarii. S'ils n'avaient pas encore l'anneau d'or, en 304 av. J.-C., ils l'avaient certainement en 210 av. J.-C., eux et leurs fils. Tite-Live, XXVI, 36.

[118] Pline, XXXIII, 7.

[119] Pline, XXXIII, 8.

[120] Tite-Live, XXIII, 12.

[121] Florus, II, 16.

[122] M. Letronne (Considérations sur l'évaluation des monnaies grecques et romaines, Paris, 1817, p. 117-119) donne au modius la capacité de 0 litre 1 décilitre, et dit que le modius de blé pesait 16 de nos livres. Un boisseau, ou double-décalitre de blé, pèse de 30 à 32 livres. Le modius était un peu plus d'un demi boisseau.

[123] Tite-Live, XXIII, 12. Equitum primores id gerere insigne.

[124] On avait été jusqu'à dire qu'ils en avaient trouvé trois décalitres et demi. Dimidium super tres modios explesse (Tite-Live, XXIII, 12).

[125] Voir § II, plus haut.

[126] Voir § I, revue quinquennale.

[127] Nous avons déjà cité le privilège d'Æbutius (Tite-Live, XXXIX, 19. 186 av. J.-C.).

[128] Tite-Live, XLIII, 16. Comparez ce qui est dit plus haut, § I, sur la revue quinquennale.

[129] L'ordre équestre signifie, dans Tite–Live, les centuries equo publico.

[130] Tite-Live, XLIII, 16. Principes civitatis.

[131] Tite-Live, I, 36. Quas nunc... sex vocant centurias.

[132] C'est ce que nous prouverons plus loin : livre II, ch. III, § I.

[133] Tite-Live, XLIII, 16, fin. Adeo ad extremum spei venit reus, ut octo centuriæ ad dammationem defuerint.

[134] Pline, XXXIII, 8. In ferreo annulo equites judicesque intelligebantur ; et plus loin : Auctoritas nominis judicum circa publicanos substilit.

[135] Tite-Live, XXII, 52, 53 et 54. Le nombre des fugitifs réunis à Canouse fut bientôt de dix mille ; car, d'un autre côté quatre mille hommes se sauvèrent à Venouse avec Terentius Varron ; et Tite-Live fait dire à Manlius (XXII, 60) que, si les six mille hommes qui se laissèrent prendre dans le petit camp avaient rejoint le consul, la République aurait vingt mille hommes en Apulie. Les débris de l'armée de Cannes, transportés dans la Sicile, se composaient donc de quatorze mille hommes.

[136] Tite-Live, XXIV, 18 et 43.

[137] Tite-Live, XXV, 6. Discours d'un des envoyés des légions de la Sicile occidentale à M. Marcellus : An VOBIS, LIBERISQUE VENTRIS ignoscitis facile, Patres conscripti ? In hæc vilia capita sœvitis ?

[138] Tite Lire, XXIII, 25 et 31, et XXIV, 18.

[139] Tite-Live, XXVII, 11.

[140] Tite-Live, XXV, 7.

[141] Tite-Live, XXV, 6.

[142] Tite-Live, XXIV, 18.

[143] Tile-Live, XXIV, 43.

[144] Tite-Live, XXV, 6. An 212 av. J.-C.

[145] Tite-Live, XXV, 6. Quum primum de nobis TRISTE SENATUS-CONSULTUM factum est. Comparez Tite-Live, XXIV, 18. TRISTE SENATUS-CONSULTUM, ut ii omnes, quos censores notassent, pedibus mererent. L'orateur s'appelle miles, soldat légionnaire, parce qu'il est un de ces chevaliers mis à pied par le Sénat, qui ne purent remonter à cheval qu'en l'an 210, en qualité de chevaliers equo privato. Il en parle en 212 av. J.-C.

[146] C'est à peu près aussi juste que si l'on eût dégradé et déclaré indignes de combattre tous les survivants de Waterloo, à l'exception des généraux, des colonels et des officiers d'état-major.

[147] Tite-Live, XXII, 34.

[148] Terentianus Maurus, De metrix, p. 2439 :

Fato Metelli Romæ fiunt consules

— Debunt matum Metelli Nœvio portœ.

Comparez Cicéron, In Verrem Actio prima, X, et Asconius, Ad hunc locum, s. v. Te non fato.